Graphisme – Photographie – Marketing Print et Web.

Interview de Serge Ramelli (photographe)

Résumé et traduction de l’interview du photographe Serge Ramelli paru en 2012 sur le blog de Scott Kelby, autre photographe de renom.

thumb-interview-sergeramelliSerge Ramelli est un photographe qui m’inspire. J’adore ses compositions et son style d’images, de couleurs… C’est en suivant ce photographe sur Google+ que j’ai découvert un article-interview concernant ses méthodes, techniques et conseils pour bien démarrer dans la photographie. Ainsi, en mai 2012, Serge Ramelli était invité sur le blog du célèbre et non moins talentueux photographe américain Scott Kelby. J’ai repris en partie cet article car il peut vous apprendre certaines choses.

Voici donc un résumé et une traduction de cet article. L’original, en anglais, est visible en cliquant sur le lien-source à la fin de cet article.

traduction de l’interview

Travailler pour la passion, pour l’argent ou pour les deux?

Cet article montre comment je suis passé de vendeur à photographe pour enfin réussir à vivre de ma passion. Depuis que je suis enfant, j’ai toujours voulu travailler en tant que cinéaste ou photographe. je n’ai pas eu cette occasion durant ma jeunesse car je manquais d’audace. J’ai donc du trouver un travail ennuyeux dans l’informatique.

A 30 ans, mon frère a créé un agence web et m’employa comme vendeur. Ce boulot était un peu plus fun que les précédents et bien que j’avais mis ma carrière d’artiste de coté, tout allait bien. Je me suis même marié et eu 4 enfants.

A 35 ans, je me suis rendu en vacances aux Seychelles avec des amis dont un était retoucheur d’images professionnel. il a alors commencé à me faire découvrir Photoshop en retouchant un protrait que je venais tout juste de shooter. J’étais impressionné ! Et cela à remis au gout du jour mon intérêt pour un travail créatif et artistique.

La décision

J’accumule les dettes et cela devient plus difficile que durant ma jeunesse. Faire un film demande une équipe et je n’ai pas d’équipe. Je me suis donc dit que je commencerai par la photographie. L’avantage, c’est que tu as juste besoin d’un appareil-photo et tu peux commencer, même sans équipe.

Je suis allé à la première librairie venue ou j’ai pu acheter plusieurs livres sur la photographie et Photoshop. La plupart d’entre eux semblent compliqué à comprendre au premier abord, mis à part ceux écrits par Scott Kelby; lesquels j’ai lu tous les livres et tutoriels écrits par cet auteur.

J’ai commencé un série intitulée « Paris Cinéma ». Le but était de photographier Paris avec la lumière la plus dramatique possible, un peu comme dans les films de grosses productions telles que « Autant en emporte le vent » ou les films de Spielberg par exemple. J’me suis dit que cela ferait un bon entrainement avant de passer derrière la caméra.

L’apprentissage

Voici comment, en 3 étapes, j’ai appris la photographie:

  1. trouver un photographe qui m’inspire.
  2. Lire tous ses livres, tutoriels et essayer d’imiter son travail.
  3. Trouver son propre style autour de cette technique.

Retour à l’ histoire

Plusieurs années et des milliers de photographies plus tard, j’ai rencontré un scénariste qui a travaillé pour des shows TV et qui avait écrit quelques scripts.

J’ai lu ces scripts et je les ai beaucoup apprécié. Notamment un en particulier, une comédie dont j’aurai aimé diriger la réalisation. Ce scénariste était lassé de travailler avec des sociétés de production et désirait produire lui-même ces 3 films. il avait besoin d’un partenaire qui avait de l’expérience dans la vente pour devenir le producteur et pour ainsi l’aider à négocier des contrats avec des chaines ou studios de télévision. C’était parfait pour moi car j’étais passionné de films et j’avais de l’expérience en tant que vendeur!

Nous décidons alors de travailler ensemble. Le seul problème à l’horizon était que créer un film signifie aucun revenu pendant plusieurs années, du temps dépensé dans les casting, obtenir des fonds et préparer l’équipe au tournage.

Comme je l’ai mentionné précédemment, j’avais des factures à payer et une famille à nourrir. Le travail avec l’agence de mon frère n’a pas fonctionné comme prévu, j’étais dévasté car une fois de plus, mes rêves disparaissaient. Mais l’avantage de cette histoire est que je n’ai cessé de passer mon temps à shooter et à retoucher des images, ce qui a considérablement augmenté mon niveau sous Photoshop.

J’ai alors dit au scénariste que je ne pouvais pas créer la société de production de films et que je n’avais vraiment aucune idée pour résoudre ce problème. il m’a alors redonner espoir en me conseillant de créer une collection de photographies de qualité et de trouver un moyen les vendre.

Nous avons alors commencer à vendre des photos aux propriétaires d’hôtels pour décorer chambres, réception et couloirs. Un des hôtels que j’avais démarché fut alors très intéressé et voulu m’acheter une série de photographies non pas pour un hôtel mais pour deux… J’étais stupéfait!

J’ai alors vendu au total environ $180.000 de tirages fine art, aidé par de nombreuses connaissances et amis, décorant ainsi plus de 150 chambres d’hôtels.

J’étais si heureux, car j’ai certes récolté assez d’argent pour la société de production de films, mais surtout parce que je l’ai fait grâce à l’art. Je n’aurais jamais deviné que mon passe-temps allait être une source de revenu non négligeable. Avec le scénariste, nous étions désormais prêts pour développer notre société de production de films que nous avons appelé Alandra Films.

Aujourd’hui

En 2 ans, nous avons tourné 8 court-métrages et nous avons récolté assez de fonds pour tourner 3 films complets. Le premier film nous a cependant demandé un peu plus de temps que les autres dans la mesure où j’ai du beaucoup apprendre en ce qui concerne la production de films et cela ne me rapportait pas encore d’argent. Je suis donc déclaré en tant que photographe à temps partiel afin de gagner ma vie tout en apprenant et en travaillant sur les projets de films.

Désormais, mes revenus de photographes proviennent de la ventes de photos d’architectures,  de certaines marques et société qui achètent mes photos de Paris, ainsi que de la vente de tutoriels.

Si je devais résumer tout ça en un mot, ce serait: s’engager. Tant que vous avez votre rêve en tête, il ne se réalisera jamais si vous ne vous y engagez pas.

Steve Jobs a dit: « Continuez à regarder , ne pas seulement se contenter , trouvez quelque chose que vous aimez et que vous ferez très bien.  » Et Confucius a dit: « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.  » pour moi, rien n’est plus vrai.

J’ai encore beaucoup à apprendre et partager , et je sais que le cinéma va être une route longue et aventureuse , mais j’adore ça.

Autres interviews

Serge Ramelli est un photographe très apprécié et beaucoup lui demandent des interviews, ce qu’il accepte volontiers. En voici quelques une disponibles sur le net. Je vous indique juste le lien, inutile de les traduire car elles sont déjà en français ;-)

Voila, cet article est terminé. Ces interviews nous donnent non seulement des conseils et techniques sur la prise de vue et le traitement d’images mais redonnent également de la force et de l’espoir à tous ceux qui désirent vivre de la photographie. Nous le savons tous, vivre de ce métier n’est pas facile et l’ascension peut être rude et semée d’embûches mais une fois au sommet, la vue est tellement belle…

Serge Ramelli est devenu en quelque sorte mon Scott Kelby à moi ;)

Rien que pour ça, merci Serge!

Toutes les images présentes sur cette page sont l’oeuvre de Serge Ramellidécouvrez sa galerie sur PhotoSerge.

Source:
http://scottkelby.com/2012/its-guest-blog-wednesday-featuring-serge-ramelli/

Laisser une réponse

post